INFOS
du  Dr Etienne
Schepkens

La mue

                              Coulonneux, à vos plumes !

 

Coin du VETO : septembre 2009 
(B.N. n°134 )

            Retour


Dr Vétérinaire Etienne Schepkens de Bruay la Buissière (62700)

       A la rentrée scolaire les élèves portent plumes et nos pigeons perdent plumes.
 Ceci est l'occasion de vous offrir un petit article sur la mue.

 Les différents types de plumes

 


 Les plumes sont composées de kératine, protéine soufrée. Elles sont à la fois résistantes et légères. Le plumage du pigeon comporte plusieurs sortes de plumes.

-Les pennes comprennent les plumes du corps ou tectrices, les plumes des ailes ou rémiges et les plumes de la queue ou rectrices. Elles sont composées d'un calamus creux prolongé par un rachis plein. De part et d'autre du rachis se disposent des barbes portant des barbules portant des barbicelles assurant la cohésion des barbes et l'accrochement entre deux plumes.

-Le duvet et les semi-plumes. Le duvet est situé en profondeur, les plumes le composant ont un calamus très court et pas de rachis. Les semi-plumes ont une structure intermédiaire entre le duvet et les tectrices. Certaines semi-plumes spéciales secrètent une poudre blanche (duvet poudreux).

- Les filoplumes ressemblent à des poils fins, elles sont mêlées aux autres plumes du corps. Ce sont des organes tactiles qui renseignent le pigeon sur l'état de son plumage et sur le mouvement et la vibration des plumes.

 

  La mue

 

   La mue est le remplacement saisonnier du plumage dans le but de renouveler les plumes usées et d'adapter le pigeon aux exigences climatiques. On distingue la mue permanente en effet. Le pigeon mue pendant toute l'année quelques plumules du duvet et c'est un signe de bonne santé de la mue réelle qui est le remplacement des pennes.

 Celle-ci débute au printemps et se poursuit par la grande mue de la fin de l'été.

 

  Rythme

 

 La mue suit un rythme bien strict. Une plume ne mue que quand la précédente est bien avancée.
La mue de la première rémige primaire dépend du moment des accouplements mais a généralement lieu entre mi-avril et mi-mai. Le pigeon va ensuite muer la seconde puis la troisième rémige primaire.
Quand la troisième rémige primaire est muée les tectrices commencent à tomber.

La grande mue commence lorsque la cinquième rémige primaire est muée. À la chute de la sixième rémige primaire les rémiges secondaires commencent à se renouveler partiellement. Lors de la mue de la septième rémige primaire les plumes de la
queue (rectrices) vont muer de l'intérieur vers l'extérieur.

 Les jeunes tardifs (fin de l'été) ne muent pas leurs dernières rémiges (plumes de nid).

 

 Dépense énergétique

 

   La mue demande au pigeon une dépense considérable d'énergie venant aussi après une saison sportive exigeante. On peut assimiler la mue à une compétition et le pigeon doit être managé comme pendant une saison sportive. En effet, en quelques jours, 25 % du poids sec de l'oiseau est perdu et régénéré, la consommation d'oxygène est 25 % supérieure à un oiseau qui ne mue pas.

    Le pigeon, pendant cette période doit avoir assez de réserves pour synthétiser la nouvelle plume mais il doit aussi compenser la perte d'énergie due au manque d'isolation thermique créé par la perte de son manteau " (autrement dit un pigeon tout nu dépense plus d'énergie qu'un pigeon plumé). Il est donc important de mettre en parfaite santé, de nourrir et de complémenter au maximum le pigeon pendant cette période qui le prépare pour la saison suivante (on ne refait pas un plumage mal fait).

 

  Régulation hormonale

 

 .Il n'y a pas une seule hormone qui déclenche la mue mais elle est régulée par l'interaction entre différentes hormones. L'augmentation des hormones thyroïdiennes sous l'influence de la baisse de luminosité et de la température provoque la mue, l'administration d'antithyroïdiens stoppe la mue mais ce ne sont pas les seules hormones à entrer en jeu. 

   Le pigeon mue au couvage, période de repos sexuel avec baisse du taux circulant des hormones sexuelles, l'administration d'hormones sexuelles mâles ou femelles arrête la mue. Les corticoïdes arrêtent la mue. Les hormones de l'adénohypophyse jouent un rôle en régulant les hormones sexuelles et en augmentant le ratio hormones thyroïdiennes- (Estrogènes. La prolactine secrétée en fin de couvaison stimule la formation de lait de jabot et a un effet inhibiteur sur la mue (cette régulation est très importante car la dépense énergétique colossale pour la formation d'un élément nutritif aussi riche que le lait de jabot est incompatible avec la dépense en énergie occasionnée par la mue)

 

  Rythmes circadiens et rythmes saisonniers

 

 .Les rythmes circadiens sont les rythmes journaliers (cycle veille sommeil, régulation journalière de la température du corps), ils sont liés avec les rythmes saisonniers {mue). On a remarqué que la baisse de l'intensité lumineuse et du temps d'éclairement (les jours sont plus longs en juin qu'en septembre) provoque la mue. La question est de savoir quel est l'organe qui régule les rythmes saisonniers. La réponse est là aussi plurifactorielle, la sécrétion de prolactine joue un rôle, l'hypothalamus, l'épiphyse mais aussi plus récemment on a pu prouver une régulation par le système nerveux autonome commandé par: le cerveau antérieur.

 

  Les vitamines

 

 .Un excès de vitamines, acides aminés et minéraux pendant la saison sportive accélère la mue. Le fait de supplémenter le pigeon en acides gras essentiels et composés soufrés provoque, lors de la grande mue, une mue plus rapide et complète et une repousse accélérée et de meilleure qualité.

 

 Pathologie

 

 .Plumes marquées: la plume garde la marque des périodes de souffrance du pigeon (concours difficiles, maladies, mauvaise alimentation, excès médicamenteux, traitements préventifs non appropriés, fatigue...). Plumes de sang : plumes qui n'arrivent pas à se libérer du fourreau épidermique, ceci peut être considéré comme un accident de mue s'il n'y en a qu'une seule mais s'il yen a beaucoup et fréquemment; ce peut être dû à une maladie (streptocoques, salmonelles, parasitisme). Un plumage terne est souvent dû à un problème alimentaire ou de santé pendant la mue.

   Plusieurs types d'acariens, de poux, de puces peuvent s'attaquer au pigeon et provoquer des dégâts considérables dans le plumage, il y en a de plus en plus chaque année et les résistances aux produits courants sont fréquentes, Il est donc recommandé de désinsectiser les pigeons et le pigeonnier avant la grande mue avec des produits efficaces non toxiques pour les pigeons.

 

  Conclusion

 

 La mue est un phénomène physiologique indispensable et complexe faisant intervenir toute une série d'hormones et d'organes. Elle demande au pigeon une dépense énergétique considérable pour pouvoir se dérouler convenablement.
Le pigeon devra donc être en parfaite santé, avoir une alimentation adéquate et être complémenté pour pouvoir avoir une plume de la meilleure qualité possible gage de réussite pour la saison future.

 

Tous les articles  vétérinaires sont sur la page :  Téléchargement

Si vous désirez apporter des précisions, n'hésitez pas !

 

Si vous êtes arrivés sur cette page sans passer par la page de départ qui définit
 les cadres, vous n'avez pas le plan du site sur la gauche. Dans ce cas, cliquez  ICI.

JavaScript Menu of Milonic