INFOS
du  Dr Etienne
Schepkens

Les maladies dites "de tête".

                                ...

 

Coin du VETO : juin 2007
(BN n°125)


Dr Vétérinaire Etienne Schepkens de Bruay la Buissière (62700)

    Les maladies dites de " tête " regroupent toute une série de maladies chroniques atteignant la sphère ORL du pigeon dont les symptômes sont " oreilles décollées " (hérissement plus ou moins important des plumes spécifiques recouvrant les oreilles) et grattage de la tête ( démangeaisons au niveau des oreilles ou du nez). Ces symptômes sont dus à une inflammation des voies respiratoires et auditives supérieures se traduisant par des otites et des sinusites.
Peu d'articles ont été écrits à ce sujet et à ma connaissance aucune étude scientifique sérieuse n'a été réalisée. 

      Ces symptômes se rencontrant de plus en plus en clientèle, occasionnant souvent d'importantes baisses des prestations sportives et étant souvent méconnus des clients colombophiles qui ne regardent pas les oreilles de leurs pigeons, j'ai estimé utile de vous donner mon point de vue à ce sujet en espérant que cet article pourra susciter quelques motifs de recherches qui permettront de soigner encore plus efficacement nos pigeons.

 

  Système auditif


     Il est important pour comprendre cette pathologie de bien connaître l'anatomie spéciale du système auditif des oiseaux et du pigeon en particulier.
Comme chez les mammifères, le système auditif du pigeon est composé d'une oreille externe, d'une oreille moyenne et d'une oreille interne mais, il existe de nombreuses particularités des oiseaux.
L'oreille externe est dépourvue de pavillon et est réduite à un méat auditif recouvert de plumes spécialement adaptées pour réduire au minimum les turbulences de l'air lors du vol tout en n'empêchant pas la transmission du son. Ce sont ces plumes qui sont hérissées et qui donnent l'aspect " grosse tête au pigeon ". Le large tympan est poussé en cône dans le fond du méat auditif par le cartilage extracolumellaire de l'oreille moyenne.

        Il y a un seul osselet dans l'oreille moyenne (la columelle), composé d'une partie externe cartilagineuse et d'une partie interne osseuse insérée dans la fenêtre ovale de la papille basilaire de la cochlée. Cet osselet transmet les vibrations du tympan à la cochlée, un petit muscle permet de faire varier sa rigidité. La pression de l'air dans l'oreille moyenne est en équilibre avec la pression externe grâce aux trompes d'Eustache qui la mettent en contact avec la cavité buccale. Il existe aussi une communication entre l'oreille moyenne et les sinus.

        L'oreille interne est composée d'une partie auditive, la cochlée et d'une partie jouant un rôle dans l'équilibre, les canaux semi-circulaires.
La cochlée des oiseaux, contrairement aux mammifères où elle est enroulée sur elle-même, est presque droite et contient une papille basilaire avec des cellules ciliées spécialisées dans la transmission du son transformant un signal mécanique issu de la columelle en un signal électrique qui sera transmis via le nerf auditif au cerveau.

      Les canaux semi-circulaires sont impliqués dans le contrôle de l'équilibre. Par l'intermédiaire de cellules ciliées spécialisées des informations concernant la position de l'oiseau dans l'espace sont envoyées au cerveau.
Les organes auditifs chez l'oiseau sont très évolués et il existe encore beaucoup de choses à élucider (pas de néo-cortex comme chez les mammifères, présence de cellules à fonction inconnue -ex papilla chaotica chez le pigeon).

      Malgré l'absence de pavillon et un petit crâne, on sait que l'oiseau peut situer les sons aussi bien que les mammifères. Le pigeon a une gamme sonore plus étendue que l'homme et peut en outre entendre les infrasons qui peuvent parcourir des milliers de kilomètres sans subir d'altérations et qui pourraient être localisés par le pigeon et être utiles à son orientation.

 

   Symptômes et effets

 

 " Oreilles décollées " (hérissement plus ou moins important des plumes spécifiques recouvrant les oreilles) et grattage de la tête ( démangeaisons au niveau des oreilles ou du nez).

Toute inflammation  du système auditif du pigeon, quelle qu'en soit la cause, va provoquer :

      de la douleur : maux de tête très difficilement caractérisables mais se traduisant par une baisse de la vigilance et de la tolérance à l'effort entraînant une baisse des performances.

      Des démangeaisons : les oreilles et le nez chatouillent le pigeon qui ne cesse de se passer les pattes sur la tête d'où énervement, insomnies, excitation dans les paniers.

      Des difficultés respiratoires dues à la sinusite souvent associée préjudiciables aux résultats sportifs.

      Perturbations du vol : Une atteinte de l'oreille moyenne et de l'oreille interne perturbe le repérage des variations de la pression atmosphérique et donc ainsi le réglage de l'altimètre interne du pigeon.

      Perturbations de l'orientation : Modification de la perception des infrasons bien qu'on n'ait pas encore pu prouver scientifiquement le rôle des infrasons dans l'orientation du pigeon. 

 

    Origine

 

       Toutes les causes de maladies respiratoires peuvent entraîner des " maladies de tête ", je vous citerai ici les plus fréquemment rencontrées en clientèle tout en sachant qu'il peut y avoir plusieurs causes au même problème.

   Causes infectieuses
                Virus : Herpès, PMV1
   Bactéries : les plus fréquemment rencontrées sont les staphylocoques et les streptocoques hémolytiques suivies de E Coli puis Chlamydia puis plus rarement Pasteurella.Champignons : levures - plus rarement aspergillus.
   Trichomonas
   Non infectieuses : Promiscuité Mauvaise aération Mauvaise hygiène
   Pollution Corticoïdes  

 

   Diagnostic

 

     Pour pouvoir diagnostiquer et traiter efficacement ces maladies, il est important tout d'abord que le colombophile observe les oreilles de ses pigeons au retour du concours, après les volées et au repos dans le pigeonnier, ensuite il faut montrer les pigeons à un vétérinaire spécialiste en colombophilie.

        Après les examens courants de fientes et des frottis de gorge, le vétérinaire estimera ou pas nécessaire la réalisation d'un prélèvement en vue d'une recherche bactériologique avec antibiogramme.

 

  Traitement

 

     Il faut dans un premier temps traiter la cause mais ces traitements selon l'origine sont parfois longs ou à réaliser en pleine saison sportive d'où la nécessité d'ajouter des médicaments qui soulagent la douleur et permettent une amélioration rapide des prestations sportives.

        Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont très utiles mais sont interdits par la Fédération Colombophile  et donc à ne pas utiliser pour les concours.

     J'essaie pour le moment en clientèle une association de soufre, vitamine A et levures ayant des propriétés immunostimulantes et anti- inflammatoires au niveau de la sphère ORL.

 

   Conclusion

 

     Les pigeons atteints de maladies de tête restent fragiles et sont à surveiller continuellement pour éviter les infections respiratoires.

        Il fallait un article qui parle de ce sujet et même si tout ce qui est écrit ici pourra un jour ne pas se révéler totalement exact car basé uniquement sur ma propre clientèle, le but sera d'ouvrir les yeux du colombophile et de susciter un échange d'idées entre vétérinaires spécialisés en colombophilie de manière à pouvoir soulager nos pigeons et améliorer leurs performances.

     Bibliographie
" Sturkies Avian Physiology " 5e édition
" Le pigeon voyageur " ( Pr H Vindevogel - Ing JP Duchatel - Pr Pastoret)
" Le coryza infectieux du pigeon " (Thèse Pr H Vindevogel)
" La navigation du pigeon voyageur " ( D. C Arnoult)
" Dictionnaire du pigeon voyageur " ( D. G Brasseur)

 

Tous les articles  vétérinaires sont sur la page :  Téléchargement

Si vous désirez apporter des précisions, n'hésitez pas !

 

Si vous êtes arrivés sur cette page sans passer par la page de départ qui définit
 les cadres, vous n'avez pas le plan du site sur la gauche. Dans ce cas, cliquez  ICI.

JavaScript Menu of Milonic