INFOS
du  Dr Etienne
Schepkens

Grippe aviaire

                               Question réponses ...

 

Coin du VETO : décembre 2005 
(BN n°119)

            Retour


Dr Vétérinaire Etienne Schepkens de Bruay la Buissière (62700)

    Encore un article sur la grippe aviaire, en effet, médiatisation oblige, de nombreux articles sont en ce moment écrits sur ce sujet que ce soit dans la presse générale ou dans la presse scientifique. 
Cet article est destiné au colombophile et se veut être un résumé de tout ce que j'ai pu lire et une réponse aux nombreuses questions posées par mes clients.
Il faut savoir que j'ai écrit cet article, délai d'impression oblige, début novembre et que les choses peuvent évoluer entre maintenant et sa parution. 

 

Le virus de la grippe


   La grippe est due à un Orthomyxovirus du genre Influenza divisé lui-même en 3 groupes A, B et C. Le virus de type C est relativement stable mais les virus de type A et B évoluent sans cesse.
Il existe deux types principaux de variation :
    Le glissement antigénique : 
Modifications des protéines de surface entraînant des modifications mineures du virus. C'est l'accumulation de ces modifications qui provoque un changement antigénique et aboutit à une moindre reconnaissance des nouveaux virus par nos systèmes immunitaires. C'est pour cela qu'on est obligé de changer régulièrement les souches vaccinales dans les vaccins grippaux humains et que donc les vaccins contre la grippe humaine sont un peu différents tous les ans.
   La cassure :
Elle ne se fait que pour les virus de type A . La cassure correspond à un changement radical des protéines antigéniques du virus donnant naissance à un nouveau virus totalement différent de celui qui circulait jusque là. L'immunité préexistante ne protège pas et un vaccin préparé avec les souches précédentes est inefficace. Ces cassures avec l'apparition de virus grippaux nouveaux expliquent les pandémies de " grippe espagnole " en 1918 (40 millions de morts), de grippe asiatique en 1957 et de grippe de HongKong en 1968. 
Il faut ajouter à cela que des souches " anciennes " contre lesquelles il n'y a plus que peu d'immunité peuvent parfois réapparaître après des dizaines d'années et provoquer des épidémies parfois graves.

Le virus qui nous intéresse est un virus de type A sous type H5N1. Ce virus touche les volailles domestiques, plusieurs espèces sauvages et est transmissible au porc et à l'homme.

H5N1 et l'homme
Pourquoi une telle polémique ?

 


    La grippe aviaire à H5N1 est mortelle pour l'homme, le virus est très virulent.
Elle se transmet par voie respiratoire et oculaire lors de contact étroit et direct avec les fientes et les plumes d'un oiseau vivant ou mort depuis peu.
Le virus de la grippe aviaire est permanent dans plusieurs pays asiatiques depuis près de 2 ans. Là-bas, des millions de personnes sont en contact avec des volailles et le virus a tué, si je ne me trompe, moins de 100 personnes. Donc, ce virus est tout de même difficilement transmissible à l'homme. 
 Mais il faut savoir que :
le problème arrive en Europe en pleine saison grippale.
Le virus est transmissible au porc également sensible à la grippe humaine et à l'homme, or, en Asie, il y a beaucoup d'élevages mixtes volailles - porcs. 
Le H5N1 pourrait toucher un homme ou un porc atteints de la grippe humaine actuelle et se combiner avec le virus grippal humain pour donner un nouveau virus à la fois virulent (à risque de mortalité élevé) comme le H5N1 est très contagieux (comme le virus grippal humain). Nous n'aurions pas d'immunité contre ce virus, ce serait une pandémie. D'après les scientifiques, cette mutation arrivera un jour mais on ne sait pas encore comment sera ce virus et quand cela va arriver.
Une autre possibilité serait que le virus à force de côtoyer l'homme et le porc s'adapte à l'homme et devienne plus facilement transmissible.
Ce qui n'était pas le cas dans le passé, l'évolution de la virologie et la connaissance des pandémies grippales précédentes nous permet d'anticiper une pandémie et ainsi d'éviter un trop grand nombre de morts.
 Il serait impardonnable de ne pas faire tout le nécessaire pour éviter une catastrophe, même si ce n'est pas nécessairement pour tout de suite en priant pour que les oiseaux migrateurs changent leur plan de vol.

 

Pourquoi ces problèmes nous viennent-ils toujours d'Asie ?

 

 

  La plupart des virus de la grippe sont apportés par les oiseaux qui servent de réservoir à tous les sous-types de virus A. En Extrême-Orient, la population très dense vit en contact étroit avec les animaux. Il y a beaucoup d'exploitations " familiales " comprenant non seulement des oiseaux (poulets, dindons, cailles, oies, canards, pigeons ...) souvent élevés avec des porcs. Ces exploitations sont en outre dépendantes d'apports extérieurs qui peuvent être contaminés (eaux des rivières, alimentation souillée, matériel passant de l'un à l'autre etc....) 
 La pratique des marchés aux volailles vivantes qui sont souvent abattues sur place dans des conditions insalubres et qui côtoient d'autres espèces animales constitue un réservoir important de virus grippaux. Le transport du virus se fait donc non seulement par voie aérienne avec les oiseaux migrateurs mais aussi par les achats dans ces marchés et le transfert du virus par voie routière. Jusqu'à présent, on pensait que ces virus grippaux aviaires n'étaient pas transmissibles directement à l'homme mais seulement après transformation chez le porc mais ils semblent s'être adaptés et le H5N1 est transmissible directement de la volaille à l'homme, il n'y a pas que celui- là, le H7N7 a provoqué la mort d'un confrère il y a deux ans aux Pays-Bas, le H9N2 a touché des personnes en Asie.
 Il y a donc en Asie de l'Est et du Sud-Est tout un réservoir de virus grippaux aviaires et seule une action internationale à la source pourra enrayer ce problème récurrent.

 

Transmission de la Grippe Aviaire par les oiseaux migrateurs.

 


 Certains oiseaux migrateurs (entre autres les canards sauvages) pourraient être porteurs sains du virus sans mourir et parfois sans symptômes et pourraient ainsi mener à bien leur migration.
Il n'est plus possible de douter du rôle des oiseaux migrateurs dans le transport de H5N1 ; les cas confirmés notamment en Roumanie et en Turquie suivent les routes migratoires, les cas observés cet été en Sibérie correspondent à une période durant laquelle cette région accueille de nombreux oiseaux migrateurs. Le virus se transmettrait non seulement directement par leurs fientes mais surtout par ces fientes déposées dans l'eau. Le virus pourrait en outre être conservé l'hiver dans les glaces de Sibérie et se diffuser au dégel !
 Dans l'immédiat, nous ne serions pas sur la route du flux migratoire des oiseaux porteurs sauf pour le cas observé récemment au Sud de Moscou qui correspondrait à une migration passant par la France. Nous serions concernés au printemps lorsque les oiseaux remonteront d'Afrique d'où la nécessité de bien rester vigilants.

 

Grippe aviaire et Pigeon voyageur.

 

 Expositions interdites, annulations de ventes, congrès sans pigeons, l'hiver s'annonce bien triste pour les coulonneux.
Il y a très peu d'articles scientifiques concernant l'atteinte du pigeon voyageur par le H5N1 et ceux-ci tendraient à prouver que le pigeon ne serait pas sensible à ce virus.
D'après les essais, tout au plus quelques symptômes respiratoires frustres et pas ou peu d'excrétion. Le pigeon jouerait donc un rôle mineur dans la transmission de la maladie.

 Mais ce n'est pas pour cela qu'il ne faut pas respecter les mesures prises car les expérimentations portent sur très peu de cas, qu'il a été retrouvé en Asie, un pigeon mort portant ce virus et que la capacité du virus à s'adapter est très grande.
Les symptômes observés pourraient alors ressembler à ceux de la paramyxovirose due à PMV1 qui n'est autre qu'un virus de poule qui a muté et s'est adapté au pigeon.

 

Peste aviaire, Pseudo-Peste aviaire, Paratyphose.

 

Attention, ne pas confondre ces trois maladies différentes.
 1. Virus H5N1 (orthomyxovirus) = Grippe aviaire = Peste aviaire 
 2. Virus PMV1 (paramyxovirus)= Paramyxovirose = Maladie de Newcastle = Pseudo-peste aviaire 
 3. Bactérie Salmonella typhymurium = Paratyphose = Salmonellose 

 

Précautions prises par l'Etat français (au 10/11/2005) 

 

 1. Confinement des élevages de plein air dans 21 départements qui représentent un risque particulier en terme de contact avec les oiseaux migrateurs qu'il s'agisse d'oiseaux domestiques, sauvages ou d'ornement. Ces départements sont : la Somme, la Seine-Maritime, la Manche, L'Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, la Vendée, la Charente-Maritime, la Gironde, les Landes, l'Indre, le Gard, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Corse, l'Ain, le Haut-Rhin , le Bas-Rhin, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Marne, la Haute-Marne et l'Aube.

 2. Sur tout le territoire
a. Tout propriétaire ou détenteur d'oiseaux doit prendre les mesures nécessaires afin de prévenir tout contact direct ou indirect avec les oiseaux vivant à l'état sauvage.
b. L'utilisation d'eaux de surface pour le nettoyage des bâtiments et des matériels d'élevage ainsi que pour l'abreuvement des oiseaux est interdite, à moins que cette eau n'ait été traitée pour assurer l'inactivation d'un éventuel virus. Lorsqu'ils sont nécessaires pour des raisons de bien-être animal, les points d'eau extérieurs accessibles aux oiseaux doivent être protégés de façon qu'ils ne soient pas accessibles aux oiseaux sauvages. L'approvisionnement des oiseaux en aliments et en eau de boisson doit se faire à l'intérieur d'un bâtiment ou au moyen de distributeurs protégés de telle façon que les oiseaux sauvages ne puissent accéder à ces dispositifs ni les souiller
a. Tout rassemblement d'oiseaux, en particulier à l'occasion de foires, marchés, expositions, concours, est interdit.
b. Le transport et l'emploi pour la chasse des oiseaux de passage et du gibier d'eau, d'appelants vivants d'espèces d'oies, de canards de surface, de canards plongeurs, de la foulque macroule et du vanneau huppé sont suspendus.

 3. Vaccination d'oiseaux dans des parcs zoologiques situés dans certains départements sensibles 

Ces mesures sont applicables jusqu'au 1er décembre 2005 mais seront vraisemblablement prolongées si la situation sanitaire n'évolue pas favorablement sur le territoire européen. 

 

Recommandations 

au colombophile si la maladie atteignait nos frontières
 a. Prévention de la contamination humaine 
* Pas de personnes étrangères dans le pigeonnier
* Port de vêtements propres uniquement réservés au pigeonnier 
* Contrôle de l'origine de l'eau et de la nourriture.

 b. Prévention de la contamination par le matériel
* Ne pas introduire de nouveau matériel
* Désinfecter son propre matériel et ne pas le sortir de l'exploitation
* Désinfection régulière des locaux et hygiène parfaite

 c. Prévention de la contamination via les animaux
* Ne pas élever d'autres oiseaux en même temps que des pigeons et surtout pas de canards
* Ne pas introduire de nouveaux pigeons
* Laisser les pigeons enfermés (heureusement, c'est la mue !!) 
* Empêcher l'entrée d'oiseaux sauvages 
* Empêcher l'arrivée de fientes d'oiseaux sauvages dans le pigeonnier en ayant des volières couvertes.

Pourrez-vous manger de la dinde à Noël ?

 
 

Selon un rapport de l'AFSSA, la cuisson 5 minutes à 60°c et 1 Minute à 100°c tue le virus. Nous n'avons pas l'habitude de manger de la dinde crue à Noël, donc il n'y a aucun risque.

 La transmission du virus se fait essentiellement par voie respiratoire et oculaire, même en cas de consommation de viande crue contaminée, l'AFSSA signale que le virus serait neutralisé par le PH de l'estomac humain.
***********N'oubliez pas la farce. Malgré tous ces problèmes viraux, je vous souhaite un bon appétit ( je mangerai de la dinde) et une excellente année colombophile.

 

Bibliographie


* Dovc aA, Zorman-Rojs O, Vergles Rataj A, Bole-Hribovsek V, Krapez U, Dobeic M. Health status of free-living pigeons (Coloumba livia domestica) in the city of Ljubljana Veterinary Faculty , University of Ljubljana.
* Kaleta EF, Honicke A Review of the literature on avian influenza A viruses in pigeons and experimental studies on susceptibility of domestic pigeons to influenza A of the haemagglutinin subtype H7 Dtsch Tierarztl Wochenschr.2004 Dec 111(12);467-72
* Liu M, Guan Y, Peiris M, He S, Webby RJ, Perez D, Webster RG. The quest of influenza A viruses for new hosts. Avian Dis.2003 ; 47 (3 Suppl) : 849-56
* Ellis TM,Bousfield RB, Bisset LA, Dyrting KC, Luk GS, Tsim ST, Sturm-Ramirez K, Webster RG, Guan Y, Malik Peiris JS. Investigation of outbreaks of highly pathogenic H5N1 avian influenza in waterfowl and wild birds in Hong Kong in late 2002. Avian Pathol. 2004 33(5) ;492-505.
* Perkins LE, Swayne DE. Pathogenicity of a Hong Kong-origin H5N1 highly pathogenic avian influenza virus for emus, geese, ducks and pigeons. Avian Dis.2002 Jan-Mar ; 46(1) ; 53-63.
* Panigrahy B, Senne DA, Pedersen JC, Shafer AL, Pearson JE. Susceptibility of pigeons to avian influenza. Avian Dis.1996 Jul-Sep; 40(3); 600-4
* Guan Y, Shortridge KF, Krauss S, Webster RG. Molecular characterization of H9N2 influenza viruses: were they the donors of the "internal" genes of H5N1 viruses in Hong Kong ? Department of Virology/Molecular Biology, St. Jude Children's Research
* DDSV du Pas-de-Calais Mesures sanitaires relatives à l'influenza aviaire (Arras, le 26/10/2005)
* DDSV du Pas-de-Calais Surveillance de la mortalité des oiseaux sauvages au regard du risque influenza (Arras, le 27/10/2005)
* Dossier grippe aviaire http://www.sante.gouv.fr
* Influenza aviaire - Questions & réponses Erwin Northoff Relations médias, FAO
* Influenza aviaire -Conférence de Genève (OMS) Erwin Northoff Relations médias, FAO
* Avis de l'Agence française de Sécurité Sanitaire des Aliments relatifs à l'opportunité du recours à la vaccination des volailles domestiques et des oiseaux captifs des parcs zoologiques contre l'influenza aviaire hautement pathogène. 03/11/2005 Affsa-saisine 2005-SA-0258 Vaccination 
* Evaluation du risque encouru par l'homme lié à la consommation de viande de volaille infectée par un virus de l'influenza aviaire (IA) Rapport Affsa Ploufragan 
* Le danger des nouveaux virus : Sida, SRAS, Grippe aviaire, Ebola...Science Rev. Hs janv-fev 2005 (26-70)
* Maladies des volailles 2e édition Didier Villate
* Le virus H5N1 est bien présent à l'Est de l'Europe Semaine Vétérinaire 22/10/2005 
* Monsieur Grippe aviaire ; un modèle pour l'Europe (Article sur Piet Vantemsche) - Le Soir (B) 21/10/2005 

Tous les articles  vétérinaires sont sur la page :  Téléchargement

Si vous désirez apporter des précisions, n'hésitez pas !

 

Si vous êtes arrivés sur cette page sans passer par la page de départ qui définit
 les cadres, vous n'avez pas le plan du site sur la gauche. Dans ce cas, cliquez  ICI.

JavaScript Menu of Milonic