INFOS
du  Dr Etienne
Schepkens

Bilan de santé 

                               Accouplements et bilan de santé ...


Coin du VETO : Déc. 2004 (n°111)

            Retour

Dr Vétérinaire Etienne Schepkens de Bruay la Buissière (62700)

       Depuis quelques années, nous constatons que les accouplements se font de plus en plus tôt, surtout chez les joueurs de fond et grand fond mais aussi pour de plus en plus nombreux joueurs de demi-fond. Ceci permet d'avoir des jeunes plus âgés lors de la période de concours de jeunes et aussi de leur faire parcourir des distances plus importantes ce qui permet un tri plus adéquat selon les distances pratiquées par le colombophile. D'autre part, ceci engage des contraintes car on a moins de temps pour préparer les accouplements et il y a souvent un sprint pour pouvoir faire les traitements et les vaccinations nécessaires à la mise en condition du pigeon avant de pouvoir accoupler.
Nous sommes donc obligés de faire les bilans de santé beaucoup plus tôt de manière à avoir le temps de donner les traitements si nécessaire.

       Quel est le but du bilan de santé réalisé avant les accouplements ?
Depuis le temps que je consulte en colombophilie, j'ai eu l'occasion de remarquer que le colombophile français, il n'y a d'ailleurs pas que lui, est friand des traitements préventifs. Croyant bien faire avant les accouplements et voulant mettre ses pigeons en meilleure santé possible, il vermifuge, traite la coccidiose, le coryza, la trichomonose, donne un petit coup d'antibiotiques contre la paratyphose etc...; et voici les pigeons bien drogués avant d'être accouplés.

       Une autre manière d'agir consiste à faire un bilan de santé de sa colonie chez son vétérinaire. S'il n'y a pas de trichomonose, on ne traite pas, s'il n'y a pas de coccidiose, on ne traite pas, s'il n'y a pas de vers, on ne traite pas .... Moins les pigeons sont drogués, meilleure est leur santé ... Par contre, le vétérinaire vous prescrira un traitement si ceci est nécessaire.
Je profite souvent de cette période avant les accouplements et ceci si les pigeons sont en bonne santé, pour faire réaliser la vaccination contre la paratyphose.
Dans cet article de fin d'année, pour suivre au plus près vos préoccupations colombophiles du moment, j'ai donc décidé de vous résumer l'impact des différentes maladies précitées chez le pigeonneau.

 

  La paratyphose

 
 

      Maladie du pigeon due à Salmonella Typhimurium (bactérie très résistante dans le milieu extérieur) se transmettant par les fientes (porteurs sains, objets souillés, souris, rats, insectes) mais aussi directement à travers la coquille dans l'utérus.

<<<  Pigeon "en boule"

      Les symptômes vont des œufs clairs par stérilité du mâle ou de la femelle à la mortalité du jeune dans l'œuf ou quelques heures après l'éclosion ou à un pigeonneau en boule atteint d'une diarrhée aqueuse verdâtre souvent mortelle sans traitement. 
Un des traitements les plus efficaces à l'heure actuelle est l'utilisation de Fluoroquinolones qui permettent de bien limiter les dégâts

            Mortalité dans l'œuf (ci-dessous)

   

      Etant donné la résistance de germes de plus en plus nombreux à ce type d'antibiotiques, le traitement doit être réalisé sous surveillance vétérinaire et avec une fluoroquinolone peu utilisée chez le pigeon.

      De plus en plus d'amateurs vaccinent contre la paratyphose d'autant plus que l'on peut trouver plus facilement les vaccins qu'auparavant. Ils ont parfaitement raison car c'est une des maladies les plus répandues dans nos colombiers. Les protocoles de vaccination varient selon les marques de vaccins et selon qu'on a à faire à un vaccin vivant ou tué. Personnellement, je recommande de vacciner contre la paratyphose au moins 3 semaines avant les accouplements et prescris un traitement antibiotique adapté préalable pour les colombophiles qui vaccinent pour la première fois.

 

  La Trichomonose

 
 

      Maladie due à Trichomonas Columbae (parasite flagellé peu résistant dans le milieu extérieur). La transmission de la maladie se fait par l'eau de boisson mais aussi par le lait de jabot.

      Les symptômes chez le jeune sont des lésions caséeuses jaunâtres au niveau de la bouche, du palais, du pharynx, de la base de la langue. La maladie provoque aussi l'apparition de gros abcès au niveau de l'œsophage, du jabot, du foie et d'autres organes.
Le traitement fait appel aux imidazolés (Ronidazole, Dimetridazole, Carnidazole). 

  

 

  La coccidiose

 
 

      Maladie due à un parasite unicellulaire de type Eimeria spécifique du pigeon. La transmission se fait par les fientes (alimentation ou eau de boisson souillées).

      Les symptômes chez le jeune sont un amaigrissement rapide et important et une diarrhée verdâtre parfois hémorragique avec mortalité élevée. Il existe une forme subaiguë avec amaigrissement, retard de croissance, plumes marquées et déviation du bréchet. Le traitement fait appel aux sulfamides en traitement court pour éviter les résistances.

 

  Les vers

 
 

* Ascaris

      Maladie due à Ascaridia Columbae (spaghetti visible à l'œil nu).
 La transmission se fait par les fientes. 

      Les symptômes sont variables selon l'importance de l'infestation et selon l'existence ou non de maladies associées et peuvent aller de l'amaigrissement à de la diarrhée et même à la mort lors d'infestation massive.

         Le diagnostic se fait par recherche des œufs dans les fientes ou visualisation directe du parasite dans l'intestin.
Le ver Ascaris est sensible à la plupart des vermifuges. Un traitement du pigeonnier est souvent nécessaire.

 

                                                                                                          Pigeons "secs" (ci-dessous)
* Capillaires

      Maladie due à un ver qui ressemble à un cheveu et qui se nourrit de sang. 

      Les symptômes sont une diarrhée verdâtre parfois hémorragique avec amaigrissement et anémie. Ce ver est beaucoup plus dangereux et la mort est fréquente chez le jeune.

      Peu de vermifuges sont totalement efficaces. Les meilleurs étant le fenbendazole et l'ivermectine.

 

Il existe bien sûr d'autres maladies qui peuvent atteindre le pigeonneau (coryza, circovirose, adénovirose etc...) mais j' ai voulu parler ici de celles que vous pouvez éviter facilement en faisant contrôler vos pigeons avant les accouplements.

Tous les articles  vétérinaires sont sur la page :  Téléchargement

Si vous désirez apporter des précisions, n'hésitez pas !

 

Si vous êtes arrivés sur cette page sans passer par la page de départ qui définit
 les cadres, vous n'avez pas le plan du site sur la gauche. Dans ce cas, cliquez  ICI.

JavaScript Menu of Milonic